Hors du bistro, la politique !

Amusant la période ! On entend beaucoup de conneries sur la cigarette ! Sous prétexte que Nicolas Sarkozy est président, on présente l’interdiction du fumer comme liberticide. Je suis moi-même fumeur et ça me fait chier de devoir sortir pour en griller une ! Cela dit, depuis le temps qu’on n’a plus le droit de fumer au bureau, je n’en suis pas mort…

Je rejoints un peu la position de mon copain Dagrouik, il est asthmatique et ne supporte pas la clope à un point incroyable, mais je ne n’ai pas ce soucis, je fume. Je regrette la position de Luc qui raconte n’importe quoi à un point d’oublier que la politique contient aussi la santé publique. Enfin, les débats des commentateurs du Cabinet me gonflent.

C’est sur ce dernier truc que je voudrais revenir. Les heureux débatteurs estiment qu’il faudrait des bistros avec et des bistros sans. Entendre de telles âneries me fatigue ! Il faudrait parfois regarder ce qu’est la vraie vie !

On ne parle pas que des bistros branchés dans le centre de Paris qui ont les moyens d’être non fumeurs car ils ont une clientèle pour, il faudrait aussi regarder les petits bistros, en province, en banlieue, ou même dans Paris, ceux qui ouvrent à 5 ou 6 heures du matin et qui ferment à 20 ou 21 heures : l’immense majorité des débits de boisson.

Les clients viennent, le matin, en sortant du métro, se taper un café en fumant une clope. S’il y a deux bistros côte à côte, un fumeur et un non fumeur, tous les clients iront dans le café fumeur. L’autre n’a plus qu’à fermer la porte. The pub is close ! The personnel is licencié…

Imaginons un bar tabac à côté d’une brasserie. Si les clients sont autorisés à fumer dans le bar tabac et pas dans la brasserie, la brasserie perdra 75% de son chiffre d’affaire entre 5 heures et 12 heures et entre 15 heures et 21 heures.

C’est clair : si les bistros ont le choix entre « non fumeur » ou « fumeur », les « non fumeurs » se casseraient la gueule, donc tous les bistros choisiront « fumeurs ». Si on veut une politique de santé publique, on ne laisse pas le choix…

Des jeunes fêtards qui dépensent 20 euros le samedi soir peuvent toujours penser qu’une politique de santé publique est liberticide, mais ce ne sont les 20 euros en question qui paieront les charges du bistro !

 

J’attends donc les propositions.

Publicités

Commentaires sur: "Smoking or not ?" (28)

  1. En Irlande, j’ai vu que ça se passe plutôt bien. Surtout la population des bistros a légèrement changée et c’est en famille qu’ils vont au pub.
    Ca a créée quelques emploi parce qu’ils mettent un ou deux gars à l’entrée pour éviter les bagarres entre fumeurs et fumeurs bourrés ! :-))

    Cela dit quand je prends le train pendant 7 heures et que rien n’est prévu pour que je puisse exercer ma tabagie, ça m’énerve.
    Ainsi la loi dit qu’on peut fumer dans les espaces ouverts mais même les quais de gares sont interdits !

    🙂

  2. n’allez plus au bistrot !

    euh j’ai dit une connerie ?

  3. Poiraplomb,

    Ca s’est bien passé partout. Je ne suis pas inquièt !

    Gaël,

    Ta gueule. Le tabac n’est pas le seul truc interdit.

  4. ah ouais tiens j’avais dit une connerie…

  5. Ca m’arrive aussi.

  6. ah bon ? bon allez j’arrête ma douce et tendre m’appelle pour aller me coucher

    autrement c’est ton vrai n° de portable ?

  7. Oui, pourquoi ?

  8. comme ça pour savoir…

    je ne l’avais pas (ou plus…)

  9. Pffffff

    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !
    Dagrouiste !

  10. Centriste !

  11. Lancelot : ça s’appelle un écran de fumée, non ?
    🙂

  12. C’est de l’humour quand il dit « Fascistes », à la fin ? Je demande ça car je ne le connais pas, il pourrait y avoir du second degré.

  13. Je ne suis pas sur…

  14. Ca m’inspire juste une petite réflexion : politiquement, c’est un des trucs les plus faciles à reprocher chez les gens de gauche, cette abscence de mesure dans le discours : traiter les gens de « fascites » de « nazi », à la moindre occasion, ça fait un peu caricature.

    Je trouve ça dommage de baisser ainsi la garde, mais je suis prudent, car je ne connais pas du tout ce « cabinet », il y a peut-être des choses biens, je ne sais pas.

    Mais l’outrance dans la dénonciation est contre-productive. C’est comme le « Marianne » d’avant l’élection, il était tellement dans l’anti-sarkozysme, que c’en était inaudible. Dire « Sarkozy est Satan », « Sarkozy mange les enfants », ça n’amène rien, à part le bref vertige de se croire à la pointe d’un combat, alors qu’il faudrait s’opposer en qualité, et non en quantité.

    Par exemple, quand Sarkofrance dit qu’il veut faire un article sur les choses positives arrivées sous Sarkozy, je trouve ça malin, et fin.

  15. …Tiens, je vais peut-être reporter ce que je viens de dire chez MC. Je ne suis pas très ambiance « République des Blogs », mais je vais tenter de débattre, allez…

  16. Cabinet est très bien (son blog est au « repos » depuis six mois), mais là il raconte des conneries !

  17. L’argument est très faible. Présenter les choses comme si 95% des clientèles de bars et de cafés étaient fumeuses et cesseraient toute consommation dans un lieu non-fumeur est fantaisiste (tu en es l’exemple).

    De la même façon, si tu postules que les brasseries non-fumeur perdront 75% de leur chiffre d’affaire face à celles qui peuvent accueillir les fumeurs, alors que dire d’une loi intransigeante : tous les bars/boites/casinos vont perdre 75% de CA ? Et pour ne pas discriminer les lieux non-fumeurs, on oblige tout le monde à subir une baisse de CA ? Illogique.

    Le « fascistes » est évidemment du cinquième degré… C’est malheureux d’avoir à le préciser.

  18. mc,

    S’il y a deux bars voisins, un fumeur et l’autre non, j’irai dans le fumeur !

    Ce n’est pas 90 ou 95% mais plus de 60 ou 70 le matin et le soir.

    Je ne dis pas que les bars vont perdre 75% de CA, je dis que, s’il y a le choix, les bars non fumeur perdraient 75% du CA.

    Celà dit, je ne réagis pas ton billet, mais aux commentaires qui préconisent le choix : C’EST DE LA CONNERIE. Ce n’est pas possible. Parfois, plutôt que de rêver, il faut rentrer dans la vraie vie. La vraie économie. Celle qui fait que les bistros doivent gagner de l’argent, pas en perdre.

  19. Tiens, une autre belle connerie que je n’ai pas encore relevée : « Sous prétexte que Nicolas Sarkozy est président, on présente l’interdiction du fumer comme liberticide. » Le seul à faire un lien entre Sarkozy et cette loi, c’est toi… Donc mettre l’opposition à cette loi sur le compte d’un antisarkozysme primaire est tout simplement grotesque.

    « Parfois, plutôt que de rêver, il faut rentrer dans la vraie vie. La vraie économie. Celle qui fait que les bistros doivent gagner de l’argent, pas en perdre. »

    Mode « Laurence Parisot » on ? 😉

  20. MC,

    Ben ouais. Ton billet commence par « La lamentable loi liberticide antifumeurs va bientôt entrer en vigueur ». sous entendu « c’est le gouvernement actuel qui nous la refile ». De mémoire ce n’est pas une loi et surtout, c’est le gouvernement précédent.

    A part ça, tu peux continuer à rêver et à penser que les patrons de bistros sont là pour perdre de l’argent…

    Je vais t’avouer un truc : si je bosse 219 jours par an, c’est pour gagner de l’argent, pas pour la gloire ou pour faire plaisir à Parisot.

  21. Remarque ! Si tu penses que c’est défendre Parisot de dire qu’un commerçant bosse pour gagner de l’agent, la gauche n’est pas près de gagner.

  22. « sous entendu “c’est le gouvernement actuel qui nous la refile”. »

    Non. Je sais très bien que ça vient du gouvernement précédent. Pourquoi me prêter une affirmation erronnée alors que je ne la dis pas ?

    « A part ça, tu peux continuer à rêver et à penser que les patrons de bistros sont là pour perdre de l’argent… »

    Mauvaise foi quand tu nous tiens…

  23. « Remarque ! Si tu penses que c’est défendre Parisot de dire qu’un commerçant bosse pour gagner de l’agent, la gauche n’est pas près de gagner. »

    Quelqu’un a dit qu’il fallait bosser pour perdre de l’argent ? Tu perds tes moyens là.

  24. MC,

    T’enfonce pas ! Quand je pense que je dis du bien de toi dans mon dernier billet sur PMA !

    Pourquoi de la mauvaise foi ? C’est le dernier argument que tu as trouvé ? Tu laisses entendre dans ton blog que les patrons de bistro devraient avoir le choix entre non fumeur et fumeur ce qui revient à avoir le choix entre la faillite et le maintien… Et quand je le dis tu me taxes de mauvaise foi !

    Très fort…

    A propos de Parisot, c’est toi qui en parle dans ton commentaire précédent… Je dis que les patrons de bistro bossent pour gagner de l’argent et tu me réponds « mode Parisot on ».

  25. Ce qui relevait de la rhétorique Parisot c’est cette espèce de tissus de banalités ultra-cheap : « Parfois, plutôt que de rêver, il faut rentrer dans la vraie vie. La vraie économie. », « Il faudrait parfois regarder ce qu’est la vraie vie ! ». Ca se veut argumentatif ? Super…

    « Quand je pense que je dis du bien de toi dans mon dernier billet sur PMA ! »

    Hé quoi, on ne peut pas avoir une controverse ?

    « Tu laisses entendre dans ton blog que les patrons de bistro devraient avoir le choix entre non fumeur et fumeur ce qui revient à avoir le choix entre la faillite et le maintien… »

    Non, je fréquente une foule de restaus non-fumeurs qui se portent à merveille. De toutes façons je dis juste qu’on peut sauvegarder des lieux fumeurs. Je ne demande pas le « libre-choix » du buraliste. Je me fous un peu du buraliste. J’estime qu’on doit avoir la liberté de fumer dans un lieu public fermé.

    La seule chose que tu ne cesse de répondre, c’est « ah, alors il faut pas que les buralistes gagnent de l’argent, c’est ça ? ». Phrase débile. Tu crois vraiment que je pense que les buralistes doivent perdre de l’argent ? Ca sert à quoi ce genre d’exagération et de déformation de mon propos ? C’est pour ça que j’ai parlé de « mauvaise foi ». Tout simplement parce que je n’ai jamais tenu ce grotesque discours.

    En outre, ce sont tes commentaires et billets qui sont extrêmement agressifs… Moi, tout ça, je m’en fous un peu, hein…

  26. MC,

    « “Quand je pense que je dis du bien de toi dans mon dernier billet sur PMA !” Hé quoi, on ne peut pas avoir une controverse ?  »

    Je disais ça pour rigoler… On peut évidemment discuter !

    Je reviens à nos moutons. En fait ce qui me gonfle, ce sont tous les cons dans les bistros qui ronchonnent après le truc « non fumeur » en disant : « il faut laisser le choix ». J’en ai marre de répéter partout qu’économiquement un bistro « normal » n’a pas le choix… Va donc prendre un café mercredi matin dans le petit bistro en bas de chez toi !

    C’est tout.

    A propos d’agressivité, relis ton premier commentaire : « l’argument est faible ». Bravo. Ensuite, tu dis que je postule des trucs, ce qui n’est pas vrai. Je ne postule que les machins vont perdre 75% du CA, je ne cite aucun chiffre et je parle uniquement de deux bistros voisins : un avec et un sans. Celui sans est foutu. Ne déforme pas.

    Enfin, à aucun moment je ne parle des buralistes.

    Maintenant, prenons l’exemple du Kremlin Bicêtre et de ses 20 bistros. Mettons en la moitié non fumeur… Je te laisse expliquer aux 10 patrons comment ils pourraient continuer à gagner de l’argent.

    C’est tout ! Mon seul propos est de dire « on ne peut pas laisser le choix ». Tu ne dis d’ailleurs pas vraiment le contraire dans ton billet (ça n’en est pas le sujet), ce sont les commentaires qui m’ont gonflé ! Des gugusses qui n’ont aucune idée du fonctionnement d’un commerce qui donnent leur avis sur tout.

    C’est pas grave…

  27. Ok ok. A quand une bonne bière sans clope dans je ne sais quelle réunion de blogueurs ?

  28. Y’a pas un truc mercredi, dans une semaine ? Sinon, tous les jours à la Comète… sauf aujourd’hui… Ce n’est pas la journée sans tabac qu’il nous font à Bicêtre, mais la soirée sans bistro ! Tous fermés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :